Assurance maladie : des méthodes pour économiser 3 M d’€

Hopital-dessinCommuniqué de Six Actualités

L’Assurance maladie estime que dans le domaine de la santé, il faudra revoir les dépenses pour économiser 3 milliards d’euros en 2015. 

L’Assurance maladie demande que des économies soient faites en 2015 et elle attend donc des efforts. Les méthodes mises en place ont un objectif, celui de réduire les dépenses de 3 milliards d’euros. La somme est importante et pour cela, l’Assurance maladie a plusieurs méthodes et la première concerne l’IRM (Imagerie par Résonance Magnétique). Le nombre devrait diminuer de 15 %, mais cette méthode n’entacherait pas la santé des patients. Le corps médical a l’opportunité d’avoir des vues en 2D ou 3D des différents membres, mais cette pratique est onéreuse. De plus, l’Assurance maladie estime que la pertinence de la prescription doit être revue.

L’Assurance maladie réduit les IRM et les actes chirurgicaux

Elle souhaite obtenir une économie de 30 millions d’euros dans ce secteur de la Santé, car l’Assurance Maladie estime que le nombre d’IRM est plus important que celui observé chez les pays voisins. Dans le même registre, certains actes chirurgicaux ne sont parfois pas nécessaires. Cette pratique permettrait d’économiser 43 millions d’euros, car des patients auraient tendance à être « sur-traités ». Avec les économies demandées pour 2015, le secteur de la maternité sera également touché et les mamans seront les premières affectées par le nouveau système.

Le rapport de l’Assurance maladie vise les maternités

L’Assurance maladie préconise un séjour de 3 jours contre 4,2 jours actuellement. Toutefois, si le délai est raccourci, l’accompagnement sera optimisé, mais cette méthode permettra d’économiser 405 millions d’euros. La sortie précipitée est tout de même critiquée, car certains spécialistes estiment qu’il faudra être rigoureux dans le diagnostic avant de laisser la maman et l’enfant sortir dès 3 jours. Le rapport de l’Assurance maladie a été consulté par l’AFP et il met également en avant une amélioration dans le domaine du cancer du sein, car le taux de dépistage est jugé insuffisant.

Vanessa Godet , 1 juillet 2014

Voir aussi :

Avec le Projet de loi de financement 2014, Pas de solidarité et pas de Sécurité sociale

Le 1er novembre dernier, les urgentistes de l’Hotêl Dieu se sont rassemblés devant le Panthéon suite à la suppression de leur service. Crédit : Direct matin

                            En adoptant le nouveau Projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2014 (PLFSS), le Parlement vient d’approuver un budget qui décapite la Sécurité sociale. Jamais depuis 30 ans de plans successifs d’austérité budgétaire, la part des dépenses de biens médicaux n’a été soumise à un tel saccage. Dans ce contexte, les Français peuvent-il encore croire à l’avenir des couvertures et soins de la santé publique et à la solidarité nationale ?

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>