École : de la promotion du sucre pendant les cours ?

prescrire petitCommuniqué de

Quand la publicité auprès des enfants passe par l’école, l’investissement promotionnel peut avoir des retombées pendant toute la vie. Cela n’a pas empêché le Ministère de l’éducation nationale français d’ouvrir en 2013 les portes de l’école aux producteurs de sucre.   

La prévention de l’obésité dès l’enfance est un des grands enjeux de santé publique. En France, où les intérêts agroalimentaires sont considérables, les pouvoirs publics semblent avoir beaucoup de mal à mettre en place des règles protégeant les enfants contre les aliments industriels sucrés/salés/gras. Ainsi par exemple fin 2013, le Ministère de l’éducation nationale a signé un accord avec l’organisme de défense de la filière du sucre autorisant celle-ci à fournir le contenu de cours sur l’alimentation, de la maternelle à la terminale, ainsi que celui de la formation continue des enseignants. Outre le mélange des genres inacceptable, de nombreux documents destinés aux enseignants sont en fait de la publicité.

Ainsi par exemple dans une plaquette destinée aux enseignants pour la maternelle et le cours élémentaire, après une séance de cours consacrée aux 4 goûts, le reste des séances est consacré à la promotion du sucre par divers jeux. Dans d’autres documents, la consommation de sucre est associée aux performances intellectuelles : « glucose et neurones : un cocktail performant », « optimiser ses performances intellectuelles », « plus vif et plus attentif ».

L’accord est présenté comme visant à la fois à valoriser les métiers de l’alimentation et à développer le « goût » des enfants, qui est quasiment réduit à celui du « sucré ». L’accord obtenu par la filière du sucre est une défaite pour la santé publique.

Vive les enseignants qui refuseront de se transformer en hommes et femmes sandwichs !

©Prescrire 1er juillet 2014

Voir aussi :

Sarkomportementalisation ou le « Retour au meilleur des mondes »

Les sarko-frères : Nick, Will, Franck et Oliver

                                        Nicolas Sarkozy croit à la prédestination génétique comportementale. Et, comme c’est bizarre… plusieurs membres de sa famille semblent prédestinés à des comportements « à risque » qui viennent appuyer la vision de contrôle politique et social d’un Président français. Les membres de la caste sarkosienne sont introduits dans les milieux du renseignement, de la finance et des lobbys pharmaceutiques. Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>