Archives du mot-clé Hippocrate

Vivre ou laisser mourir : le cas Vincent Lambert

handicapIl y a 5 ans, Vincent Lambert a été hospitalisé au CHU de Reims après un accident de la route. Il vit depuis dans un état « pauci-relationnel » [*] c’est-à-dire qu’il est en état de conscience minimale. Ce n’est donc ni un coma, ni un état végétatif.

Une triste affaire familiale qui oppose la femme de Vincent Lambert qui demande l’euthanasie, à ses parents qui défendent son droit à la vie et qui ont porté l’affaire en justice. Cette affaire peut ouvrir la voie à une « modification des lois existantes » comme le demande la ministre de la Santé Marisol Touraine, d’autant que, il faut le souligner, François Hollande compte engager un grand débat sur la fin de vie avant cet été.
Lire la suite

Le corps médium de l’âme

22-Hippocrate-Galien-ad47aOsons une hypothèse : « l’utilité du corps vivant est permettre la pleine expression de l’âme humaine ». Sur les murs de la cathédrale d’Agnani située à 40 km au sud de Rome en Italie, une fresque peinte au XIIIe siècle, Hippocrate enseignant Galien [voir illustration], servira de base pour tenter de valider cette hypothèse. L’artiste a réuni les deux grands médecins que cinq siècles séparent. Il a peint Hippocrate, le doigt levé, délivrant son enseignement à son disciple Galien qui l’écoute avec déférence. Lire la suite

Il y a 1900 ans, Galien riait des théories scientifiques du XXIe siècle

galienDepuis l’aube de la science médicale, deux approches sur la relation entre le vivant et le non vivant s’affrontent. Selon la première que l’on peut appeler ici « atomisme » au sens de Démocrite, ou « matérialisme », un organisme vivant serait la somme, ou l’agglomérat, de ses parties. Pour cette école, le vivant se résume à un épiphénomène du non vivant ; l’univers serait donc essentiellement non vivant, le vivant étant l’exception. A l’opposé pour Hippocrate, Platon et Galien, l’organisme comme un tout indivisible est le point de départ. Les parties sont alors ordonnées harmoniquement de la manière la plus efficace, la plus utile, pour le meilleur fonctionnement du tout, c’est-à-dire du corps dans l’ensemble de l’univers. Ici, le vivant n’est donc plus une exception mais un principe directeur universel. Lire la suite